Dark kitchen : les différents types de dark kitchen, vers quel type de dark kitchen se tourner ?

Depuis que le monde a été contraint d’évoluer dans un univers composé de « confinement » et de « déconfinement », le concept de dark kitchen a gagné une grande ampleur. Avec ce concept, il n’est plus nécessaire de se déplacer pour déguster un délicieux repas dans un restaurant. Il suffit de commander et d’attendre chez soi que le repas soit livré. Qu’est-ce qui distingue ce nouvel acteur de la livraison à domicile ? Est-ce une nouvelle opportunité qui s’ouvre dans le domaine de la restauration ?


Dark Kitchen : l’essentiel sur ce concept


Dark kitchen, cuisine virtuelle, cuisine fantôme…des appellations désignant un nouveau style de restauration. Il se distingue grâce à son modèle économique assez particulier. Il ne requiert pas de salle et des services y afférents. Il suffit de cuisiner et de faire livrer le repas au domicile d’un client. Il n’est pas nécessaire de se soucier du point de vente. Avec ce modèle de restauration, il faut seulement disposer d’une cuisine professionnelle.

La cuisine fantôme se distingue de différentes manières de la restauration traditionnelle, notamment sur :

  • Le choix de son implantation : une cuisine virtuelle doit s’établir dans une zone peuplée. Mais il faut choisir un lieu où les loyers sont modérés.

  • La faculté d’avoir une meilleure maîtrise des coûts : il n’est plus important de rechercher un bon emplacement d’une salle ou de sa taille. Le recrutement et la gestion du personnel ne constituent plus un problème.

  • La dépendance aux réseaux de livraison : il faudra se référer à des plateformes connues telles que Deliveroo, Uber Eats, etc.

  • La possibilité de se constituer un stock plus important : la cuisine virtuelle permet de proposer différentes spécialités.

  • La nécessité de suivre les dernières technologies : il faudra allouer un budget marketing pour accroître sa visibilité et pour se démarquer des concurrents.


Quels sont les principaux atouts des cuisines fantômes ?


  • La réduction des charges d’investissement

En tant qu’entrepreneur ou restaurateur, vous n’aurez plus besoin de vous préoccuper des salles pour accueillir les clients. Pour le personnel, vous n’avez qu’à vous restreindre aux ressources nécessaires pour faire la cuisine.

  • Tester et lancer différents produits

La marque peut lancer de nombreux tests pour identifier la cuisine la plus appréciée par les clients.

  • Profiter d’un business model pouvant résister aux crises sanitaires

Pour trouver des clients, il suffit de se servir d’Internet. Un outil à la fois tendance et très populaire au sein des internautes. Même si les consommateurs restent chez eux, l’avenir de votre business n’est pas mis en péril. Il pourra évoluer en toute sérénité.



La dark kitchen est-il en compétition avec la restauration classique ?


Il est compréhensible que les restaurants développent une appréhension envers la cuisine fantôme. Cette dernière a même été suspectée de subtiliser indirectement le chiffre d’affaires. En réalité, ces doutes ne sont pas vraiment fondés. Chaque secteur possède ses propres atouts. La dark kitchen est un marché complémentaire aux restos dans le domaine de la livraison de repas.

Pour réussir dans la cuisine virtuelle, il est important d’avoir une bonne image de marque et de la visibilité. Les restaurants disposent déjà de leur propre clientèle. Pour ceux qui sont déjà bien intégrés sur le marché, la cuisine fantôme est un canal de revenu complémentaire. Ils pourront maintenir la restauration de la salle.

D’une part, la cuisine fantôme et la restauration classique peuvent coexister. De plus, la cuisine virtuelle ne s’intéresse qu’à un certain type de cuisine. Les aliments préparés sont destinés à être consommés dans le confort de son appartement. D’autre part, le restaurant classique a la faculté de proposer une palette plus large de cuisines, en salle comme en livraison.


Quels sont les types de dark kitchen sur le marché ?


  • Une dark kitchen provenant d’un restaurant existant

Dans ce cas, la dark kitchen est une extension du restaurant. Cet établissement se sert d’une seconde cuisine qui est entièrement dédiée à la livraison. La préparation des repas peut également être faite dans une cuisine partagée. La cuisine virtuelle va permettre de générer des profits sans que cela n’interfère avec sa principale activité. Ce type d’établissements pourra se servir de la dark kitchen pour tester un nouveau quartier ou une nouvelle carte. Durant l’expérience, il est possible d’évaluer si l’expérience est concluante ou non.

  • Une cuisine virtuelle créée de toutes pièces

Avec ce type de cuisine, tout a été rassemblé de toutes pièces. Des entrepreneurs lancent de nouvelles enseignes. Ces dernières ont été spécialement conçues pour s’adapter à la livraison en ligne.

  • Une cuisine fantôme adossée à une plateforme de livraison

Certaines plateformes de livraison disposent déjà d’infrastructures. Les cuisiniers pourront profiter des cuisines partagées. En contrepartie, il faudra verser un loyer ou offrir une commission plus élevée.



Quel type de dark kitchen choisir ?


Pour lancer une cuisine fantôme, les entrepreneurs ou les restaurateurs ont le choix entre de nombreuses alternatives. Pour commencer, la meilleure option est de louer une cuisine professionnelle dédiée à ce type d’activité. De plus, vous disposerez des moyens essentiels pour optimiser les flux et les processus de livraison. Une fois que vous aurez choisi votre type d’activité, vous n’aurez plus qu’à déployer votre offre.

Vous envisagez de lancer un établissement de dark kitchen ? Vous souhaitez proposer un nouveau produit ou une nouvelle carte ? Sollicitez les services d’un professionnel en la matière. Ce prestataire pourra vous offrir son accompagnement pour la création de votre marque, la communication, etc. Son soutien sera essentiel dans le lancement de votre offre. Vous économiserez de nombreux mois de recherche et d’installation. Vous pourrez également mieux anticiper les coûts.


79 vues0 commentaire